Quel est votre niveau de stress?


Je vous propose de faire un test simple pour connaître votre niveau de stress.

Il suffit de cliquer sur le lien : Test : êtes-vous stresse(e)?

et de faire le test.

Cela ne vous prendra que quelques minutes

Si vous souhaitez partager vos scores avec moi, cela m’intéresse naturellement…

Si vous souhaitez des conseils, n’hésitez pas!

Personnellement j’ai un score de 15!

Publicités

La dépression augmente le risque de diabète


La dépression augmente le risque de diabète

Dépression, diabète : 2 maladies qui a priori n’ont rien à voir ? Erreur !

Je vous rappelle qu’en France, la dépression frappe chaque année 3 millions de personnes (deux fois plus de femmes que d’hommes) et que plus de 2,5 millions de personnes sont diabétiques déclarés.

Or, on sait depuis 15 ans qu’il existe une association entre l’apparition d’un diabète et d’une dépression. Oui, mais dans quel sens ?

En définitive, ce lien fonctionne dans les deux sens : le diabète augmente le risque de dépression, mais surtout la dépression augmente le risque de diabète.

On sait que la dépression est associée par ailleurs à l’obésité sévère et au manque d’activité physique notamment, facteurs de risque connus également pour le diabète.

Mais ce n’est pas tout. La dépression pourrait se révéler diabétogène (c’est-à-dire augmenter le risque de diabète) par sa parenté avec un état de « stress chronique» à l’origine d’une sécrétion excessive de cortisol. Le mot est lâché. On retrouve donc une association entre dépression, diabète et stress. Enfin, le traitement antidépresseur peut aussi élever le risque de diabète. Ce risque est presque doublé pour un traitement antidépresseur au long cours.

Au final, on estime l’augmentation du risque de diabète imputable à la dépression entre 7 et 9%.

CQFR (ce qu’il faut retenir) : La dépression augmente le risque de diabète. La prévention de la dépression et du stress chronique est donc indispensable !

Source : Lyketsos CG. Depression and diabetes : more on what the relationship might be. Am J of Psychiatry 2010; 167(5) : 496-497.

Les 5 derniers principes à adopter d’urgence pour continuer à vous enrichir


Ceci est la deuxième partie de l’article « Dix principes à adopter d’urgence pour continuer à vous enrichir » ; la première partie de cet article se trouve ici.

6. Soyez le centre de votre réseau

Votre réseau détermine votre valeur. Bâtissez un solide réseau de contacts personnels qui savent qui vous êtes, ce que vous offrez et vers où vous vous dirigez. Investissez dans votre réseau en les aidant à réussir eux aussi. Découvrez quels sont leurs rêves et leurs objectifs, ce qu’ils offrent et ce qu’ils veulent, et mettez le temps et les efforts pour les aider. Vous hésitez ? Mais de quoi avez-vous peur ?

7. Prenez soin de vous

Si vous ne vous sentez pas bien, physiquement, mentalement, émotionnellement et spirituellement, il est très difficile de créer les résultats que vous souhaitez. Tenez-vous à des normes élevées à propos de votre condition physique, de votre environnement et dans les relations que vous avez. Apprenez à gérer votre stress et faites que «être en bonne santé» fasse partie de votre description de tâches. Par exemple, la méditation de pleine conscience est une pratique qui centre sur l’instant présent et vous aide à vous sentir bien. Elle est maintenant recommandée par les médias généralistes par exemple celui-ci et celui-là.. Si vous avez encore des doutes, vous pouvez lire l’article « Dix idées reçues sur la méditation ». N’oubliez pas : plus vous vous sentirez en forme, plus vous aurez confiance en vous pour passer à l’action.

8. Si vous voulez plus, donnez plus

La réponse naturelle lorsque les temps sont durs c’est de réduire, de restreindre, de penser et d’agir petit. Vous avez tout faux. En faisant le contraire, en étant généreux, ouvert, utile, de bienfaisance et de soutien, vous pourrez attirer l’attention et la reconnaissance. Vous devenez plus précieux pour les gens autour de vous, et vous serez récompensés avec des clients qui apprécient ce que vous proposez et qui sont prêts à faire pareil. Au besoin, clarifiez cela avec un coach.

9. Créez un fondement solide

Pour prospérer dans cette période de perturbation, vous avez besoin d’avoir un système de guidage interne: comprendre qui vous êtes, quel impact vous voulez créer autour de vous, et ce qui vous pousse à l’action. Plongez dans la découverte et le développement personnel et posez-vous des questions difficiles. Plus votre boussole interne sera développée, plus vous serez en mesure de naviguer avec confiance dans la mer de l’incertitude. Je vous engage à débuter le voyage « Les pieds sur terre, la tête dans les étoiles ».

10. Vivez votre passion

Assurez-vous que vous faites ce que vous aimez, et faites-le d’abord parce que vous aimez le faire. Vous pouvez le clarifier à l’aide de l’article Comment trouver votre mission de vie.

La vie est trop courte pour la perdre à faire ce qu’on n’aime pas. Plus vous serez passionnés à propos du changement que vous voulez créer autour de vous, plus vous attirerez des clients qui reconnaissent la valeur de qui vous êtes et de ce que vous offrez. Et plus ils seront prêts à engager leur temps, de l’énergie et de l’argent dans ce que vous offrez … quel que soit l’état de l’économie.

La réalité est que personne ne viendra vous secourir dans des périodes difficiles. Pour prospérer maintenant, comme en tout temps, il faut avoir un objectif précis et être ingénieux, en étant clair sur qui l’on est et ce que l’on veut, convaincu de l’importance de notre projet, et avec la confiance et le courage de passer à l’action. La dynamique que vous créez maintenant vous donnera une base solide pour construire le succès, peu importe l’état de l’économie autour de vous.

Concentrez-vous sur votre vision, décidez le changement dans votre vie et vous réussirez à vous enrichir à tout point de vue, quelles que soient les conditions économiques!

Vous pourrez alors proclamer : Merci la crise !

Un dernier mot : Même les aigles ont besoin d’encouragement !

Avec bienveillance

Guillaume Rodolphe

Dernier petit effort :

Vous pouvez donner un coup de main à l’article, si vous l’avez apprécié :

scoopeo

fuzz

blogasty

News med : PLUS de pensée positive = MOINS de maladies coronaires.


On sait que le stress est un facteur de risque cardiaque mais on ignore si,
à l’inverse, avoir un caractère enthousiaste et garder un bon moral aide à
préserver la santé du coeur.

Une récente étude publiée dans l’ European Heart Journal semble le prouver. Des chercheurs du Centre for Behavioral Cardiovascular Health à l’université de Columbia ont suivi sur une période de dix ans 1 739 adultes en bonne santé et ont observé que les personnes présentant un affect positif avaient un risque de développer une maladie coronarienne inférieur de 22 %. D’après le Dr Karina Davidson, responsable de l’étude, plusieurs hypothèses peuvent expliquer cette relation : «D’abord, ceux qui ont des pensées positives ont probablement de plus longues périodes de repos ou de relaxation physiologique. Deuxièmement, ils sont sans doute mieux à même de gérer des situations de stress». Néanmoins elle
estime prématuré d’émettre des recommandations, en l’absence d’essais cliniques rigoureux sur cette question. Si leurs résultats confirmaient les constatations de l’étude, il serait peut-être possible de prévenir les maladies cardiaques en tâchant d’améliorer le moral des patients.

Intéressant, non?

Si vous avez envie de lire l’article scientifique en anglais, il se trouve ici, puis cliquer sur [Begin manual download].

Bonne lecture…et souriez!!!

Comment enrichir votre vie avec moins de stress 3


Ceci est la troisième partie de l’article « Comment réduire le stress dans votre vie ».

Vous trouverez la première partie ici et la seconde partie ici.

3 – Vivez sainement et simplement

– Faites des mini-pauses durant la journée :

Cela vous donnera un gain d’énergie très appréciable en fin de journée.

Si vous travaillez sur ordinateur, éloignez-vous en pendant quelques minutes.

Je peux vous assurer qu’il sera toujours présent à votre retour.

– Apprenez à respirer profondément :

Les exercices de respiration profonde (ou respiration abdominale) se pratiquent au mieux dans un environnement naturel.

– Pratiquez régulièrement une activité physique:

Inutile de vouloir battre le record du monde du 100m nage libre ou le marathon.

Une marche régulière de 20 minutes par jour est préférable à un jogging de deux heures une fois par semaine.

– Mangez sainement et dormez suffisamment :

Il suffit de fermer les yeux et de goûter dans le calme un aliment que l’on a déjà mangé 100 fois et vous allez le redécouvrir.

Vivez cette expérience unique avec un morceau de chocolat.

L’alcool est à consommer avec modération et les stimulants sont à éviter au maximum car ils donnent une fausse impression d’énergie.

Respectez vos horloges biologiques.

– Constituez-vous un environnement zen :

Rangez votre bureau sur votre lieu de travail, classez votre bureau sur votre écran d’ordinateur et votre boîte de réception mail;

à votre domicile: privilégiez le minimalisme, les plantes et fleurs, les couleurs pastels ou noir et blanc,

les grands espaces, et surtout les objets utiles, solides, ergonomiques et fonctionnels.

– Prenez soin de vous-même pour mieux aimer les autres :

Découvrez ce qui est pour vous une source de plaisir et de joie et agissez dans ce sens.

Appréciez les moments en solitaire. Souriez et riez le plus possible.

– Goûtez l’instant présent en toutes circonstances :

Le temps est un présent sacré. Chaque jour est la seule chose que nous possédons vraiment.

Notre vie, c’est maintenant.

– Aidez les autres et soyez reconnaissants avec autrui :

Le partage de notre vie avec les autres est source de joie immense.

Pratiquez l’altruisme à chaque fois que vous le pouvez et prenez un instant

le plus souvent possible pour être reconnaissant de tout ce que vous avez dans votre vie,

au milieu des personnes qui la partagent. Votre vie est un cadeau, prenez en conscience.

– Apprenez à lâcher prise :

Vous n’êtes pas le Maître de l’Univers. Acceptez les évènements tels qu’ils se produisent.

Vous n’avez pas besoin de tout contrôler.

– Entrainez-vous à la concentration et à l’attention:

Méditez. Il est maintenant établi qu’une méditation en pleine conscience réalisée régulièrement réduit le stress de façon significative.

–          Ces conseils vous semblent trop simples ou farfelus ?

Alors je vous mets au défi.

Appliquez un à un ces conseils dans votre vie et voyez quelle différence cela fait.

Demandez ensuite à votre entourage d’évaluer votre degré de stress avant et après et mesurez la différence.

–          Ces conseils vous semblent trop difficiles à mettre en œuvre ?

Alors je vous demande de commencer par celui qui vous semble le plus accessible.

Enfin, si vous voulez à coup sûr et plus rapidement, réussir votre vie,

gagner en sérénité et profiter d’une vie moins stressante, prenez un coach.

J’en connais un qui vous permettra durablement de mettre en application ces conseils dans votre vie.

Être moins stressé(e), c’est une façon durable d’enrichir sa vie.

Comment enrichir votre vie avec moins de stress 2


Ceci est la deuxième partie de l’article « Comment réduire le stress dans votre vie » : la première partie se trouve ici.

1 – Faites votre auto-diagnostic de stress.

C’est la première et la plus importante étape de toutes,

car identifier les évènements, les situations,

les personnes, les activités, les moments qui vous stressent dans la vie

est une étape essentielle pour les éliminer.

A quoi sont dues vraiment les causes de votre stress ?

Prenez 10 minutes pour penser à ce qui vous stresse

dans votre vie personnelle et dans votre vie professionnelle.

Prenez le temps de remplir le tableau ci-dessous afin d’identifier précisément les facteurs principaux.

AUTO-DIAGNOSTIC de STRESS

Vie personnelle

Vie professionnelle

Evènements, situations


Personnes


Moments


Remplissez chaque case du tableau, puis une fois rempli, classez ces différents facteurs identifiés par priorité : 1 = très stressant ; 2 = moyennement stressant et 3 = peu stressant. Commencez par éliminer les facteurs très stressants.

Ensuite classez-les par ordre de priorité et voyez ce qui peut être éliminé en premier.

Pour les causes de stress qui ne peuvent être enlevées, trouvez des manières de les rendre moins stressantes.

2 – Simplifier et organiser votre vie

En pratique, cela passe par :

– Etablissez vos priorités :

Organisez votre emploi du temps de manière

à accomplir les choses les plus importantes d’abord.

Laisser tomber les choses moins importantes.

– Faites une seule chose à la fois :

Soyez concentrés sur la tâche que vous êtes en train d’accomplir.

Il est inutile de lire vos mails, répondre au téléphone et boire votre café simultanément.

A chaque fois que vous avez terminé une tâche, faites une courte pause avant d’en débuter une autre.

– Eliminez vos engagements non nécessaires :

nos engagements sont souvent nombreux :

ils peuvent concerner votre famille, enfants, conjoint, loisirs,….

reconsidérez chacun d’eux et évaluez le bénéfice que vous en tirez personnellement

et la quantité de stress qu’ils génèrent.

Si la balance leur est défavorable, supprimez-les après avoir expliqué vos motifs aux personnes concernées.

– Soyez ponctuels :

afin de ne plus être en retard, il suffit souvent d’évaluer avec précision les temps de trajet,

les temps de préparation et de compter 10 à 15 minutes supplémentaires.

Cela vous donnera la marge suffisante pour arriver détendu(e).

– Mettez-vous à la diète d’information :

dans ce monde de communication non-stop,

une gestion rigoureuse de l’information est indispensable.

Inutile de vous abonner à 25 newsletters ou à 43 flux RSS par jour.

Vous n’aurez pas le temps de les lire.

Choisissez 1 à 2 supports d’information qui vous conviennent et tenez-vous-en là.

Vous arriverez de toute façon à apprendre les nouvelles importantes.

– Faites de la place dans votre intérieur :

videz vos armoires encombrées et gagnez de l’espace.

Débarrassez-vous de tout ce qui ne vous sert à rien.

Tant d’objets inutiles occupent nos étagères, tant de vêtements non portés encombrent nos armoires.

Sélectionnez et vendez ces objets superflus à l’occasion de vide-greniers.

– Eliminez vos parasitages :

il s’agit de personnes, de choses, de situations qui vous pompent toute votre énergie

et sur lesquelles vous pouvez avoir une action. Identifiez-les et arrêtez-les immédiatement.

– Apprenez à dire « non » :

les sollicitations sont permanentes.

Il faut donc apprendre à ne pas répondre par l’affirmative à des choses

qui ne comptent pas à vos yeux, ou pire qui sont délétères pour vous.

– Apprenez à déléguer :

tout ne dépend pas de vous. Votre entourage, vos collègues

savent également très bien faire les choses. Alors, servez-vous en.

– Fixez-vous des objectifs atteignables et précis :

déclamer « je vais bientôt faire un régime » ne rime à rien ;

au lieu de cela exprimez vos buts avec des termes précis et datés :

« je vais suivre un régime quotidien afin de perdre 5 kg et je commence demain ».

Ensuite, faites-le.

Vous trouverez la troisième partie de l’article en cliquant ici

Comment enrichir votre vie avec moins de stress 1


Je vous propose un document en 3 parties intitulé « Comment enrichir votre vie avec moins de stress« 

Il se veut être un document pratique qui vous permette

d’une part de réaliser un auto-diagnostic sur les facteurs essentiels qui génèrent du stress dans votre vie

et d’autre part de réduire durablement le stress

dans votre vie personnelle ou professionnelle

par des conseils avisés.

Il ne suffit pas de lire le document, puis de le ranger,

et retourner à votre vie stressante

mais d’identifier vos facteurs de stress essentiels,

puis d’essayer à votre rythme de mettre en application

les 20 conseils qu’il prodigue.

Il n’y a pas de règle absolue pour mettre en œuvre

ce programme de réduction du stress,

mais je vous conseille de le faire petit à petit.

Enfin, n’oubliez pas que nous ne réalisons pas

ce dont nous sommes capables,

mais ce dont nous nous croyons capables.

Mais d’abord : Qu’est-ce que le stress ?

C’est à Hans Selye, célèbre endocrinologue canadien, que l’on doit la notion de stress.

Le stress se manifeste par un état appelé « état de stress », ressenti par un état de fatigue,

physique ou intellectuelle, de lassitude, de tension nerveuse et d’épuisement.

La personne stressée est souvent irritable, nerveuse, anxieuse, angoissée, triste, découragée,

a une mémoire défaillante, a des difficultés sexuelles, des maux de tête,…

Cet état très destructeur est responsable d’un grand nombre de troubles physiques et psychologiques.

Or, un homme sur cinq présente des symptômes liés au stress ; il s’agit surtout d’un stress d’urgence ;

une femme sur trois en est touchée ; il s’agit plutôt d’un stress chronique lié à la vie quotidienne.

Le stress motive 50% des arrêts de travail et son cout économique est estimé à 3% du Produit National Brut.

Ce qui signifie un coût entre 1 et 2 milliards par an en France.

Pourtant, à l’origine, le stress est positif puisqu’il est un système d’alerte, un mécanisme de défense contre les attaques potentielles de l’environnement.

Si la partie la plus primitive de notre cerveau détecte ou croît détecter une situation de danger,

elle enclenche un processus instinctif, génétiquement programmé de survie : le stress.

Mais au cours de l’évolution, le contrôle de l’homme sur les autres espèces a modifié son rôle.

Aujourd’hui, nos réactions de stress sont devenues inadaptées :

on stresse plus souvent pour des futilités que pour des raisons de survie.

Ce nouveau stress n’est plus déclenché par des causes externes, mais bien souvent internes.

A quoi sert-il de klaxonner dans un bouchon ou d’imaginer le pire lorsque l’on doit pratiquer des analyses médicales ?

Une vie sans stress n’est donc pas possible.

Le stress est une réponse aux challenges de la vie, et une vie sans challenges est trop ennuyeuse.

Cependant la majorité du stress de notre vie n’est pas nécessaire, et il peut être réduit de façon significative en suivant quelques simples conseils.

Encore faut-il le vouloir ! Souhaitez-vous réduire les sources de stress ? Vous pourriez vous y engager ?

La suite en cliquant ici