Dix idees reçues sur la meditation


Cet article fait partie du festival « à la croisée des blogs » dont le thème est ce mois : « comment vivre l’instant présent. » Je l’ai appelé : « Dix idées reçues sur la méditation « .

Pour moi, la meilleure (et unique ?) façon de vivre l’instant présent avec intensité tient en un mot clé : méditation. Je ne parlerais donc que de cette pratique.
Aussi vieille que l’homme peut-être, popularisée il y a 2500 ans par un jeune homme nommé Siddhârta Gautama, elle représente le gold standard, la technique de référence de la vie dans l’instant présent.

Pratiquant la méditation depuis plus de 20 ans, à titre individuel, puis plus récemment à titre d’instructeur, je vous propose de passer en revue dix idées reçues sur le sujet.

1ère idée reçue : La méditation, c’est ne rien faire.

Le terme méditation (du latin meditatio) désigne une façon d’être plus qu’une pratique mentale ou spirituelle. La méditation est une vigilance intérieure et une pleine conscience dans le moment présent. Ce n’est pas une technique, c’est plutôt une compréhension, une prise de conscience de ce que nous sommes réellement. Pour Jon Kabat-Zinn, « la méditation en pleine conscience consiste en diriger son attention d’une certaine manière, c’est-à-dire délibérément, au moment voulu et sans jugement de valeur. ». Pratiquée allongée ou en position assise, elle consiste en un centrage sur la respiration permettant de retrouver un état naturel, dont on a oublié l’accès. Etymologiquement, les mots traduits en français par méditation sont « cultiver » (bhavana en sanskrit) et « se familiariser » (gom en tibétain). Que cultive t’on ? Envers quoi devons-nous se familiariser ? Pour Matthieu Ricard, il s’agit principalement de se familiariser avec une vision claire et juste des choses, et de cultiver des qualités que nous possédons en nous, mais qui demeurent à l’état latent. En résumé, observer les pensées, les émotions et les sensations physiques qui sont en nous, mais que nous négligeons complètement. C’est un processus pour ne plus s’identifier avec la personnalité extérieure, avec l’ego. Même si vus de l’extérieur, les méditants sont souvent perçus comme des personnes qui ne font rien, il suffit de se mettre à méditer pour se rendre compte que le rien et la vacuité ne sont pas du tout la même chose. Car il s’agit d’une vacuité nous apportant une abondance de ressentis riches et denses. En pratiquant le « lâcher-prise », vous vous retrouverez.

2è idée reçue : La méditation, c’est égoïste.

On reproche souvent aux personnes qui pratiquent la méditation d’être égoïstes, égocentriques, centrés sur eux-mêmes. Si l’on résume la démarche de méditation, il s’agit d’éradiquer au contraire notre obsession constante de nous-mêmes (l’ego) et de cultiver l’altruisme. Qui reprocherait à un médecin de passer des heures et des heures en train d’apprendre l’anatomie, la physiologie, la pathologie,… (et j’en sais quelque chose moi qui ait passé des heures et des heures à apprendre l’anatomie, la physiologie, la pathologie…au lieu de faire autre chose) ? 😉 Derrière tout acte, ne faut-il pas voir le but qui est lié à cet acte?

3è idée reçue : La méditation, c’est réfléchir.

La méditation n’est pas de l’introspection. L’introspection est une réflexion à propos de ce que vous êtes ou faites. La psychologie occidentale met l’accent sur l’introspection. En quoi consiste l’introspection ? Prenons un exemple : la colère. Après un accès de rage, vous réfléchissez : qu’est-ce qui l’a provoqué, qu’est-ce qui s’est passé ? Vous vous livrez à une foule de suppositions, d’associations d’idées, mais elles sont toutes tournées vers la colère et détournées de vous. Vous scrutez le moindre détail de l’événement, vous disséquez, vous vous creusez la cervelle, vous voulez savoir comment vous auriez pu éviter cette crise, vous souhaitez ne plus récidiver. C’est un vaste processus intellectuel. L’approche occidentale est analytique, c’est une psycho-analyse. La méditation est à l’opposé de cette démarche. IL suffit simplement de laisser survenir ses pensées et les laisser se dissoudre d’elles-mêmes dans le champ de la pleine conscience, « comme des nuages dans le ciel », de telle sorte qu’elles ne réussissent pas à envahir notre esprit. Parce qu’au fond, ce ne sont que des pensées !

4è idée reçue : La méditation, ça permet d’échapper à la réalité.

Au contraire ! Le but de la méditation est de nous faire voir la réalité telle qu’elle est. Sans fioritures. Il s’agit d’une méthode expérimentale où il est très important de vérifier par soi-même les enseignements des générations antérieures de méditants. Non, il ne s’agit pas de se réfugier dans des paradis artificiels, atteindre le Nirvana ou je ne sais quel but de bonheur constant, de paix permanente. Il ne s’agit pas non plus de se noyer dans le vide de notre conscience. Non. Juste être pleinement conscients de ce que nous sommes déjà et que nous avons oubliés.

5è idée reçue : La méditation, c’est un truc de bouddhistes.

Siddharta Guatma est probablement un des génies de ces derniers millénaires qui ont changé le Monde. Avec les moyens dont il disposait il y a 2500 ans, c’est-à-dire simplement son esprit et du temps, il a mené des investigations très poussées sur la souffrance des êtres humains, leur naissance et leur mort. Mais surtout en plus de s’être posé des questions très profondes sur la nature de l’esprit et la vie en général, il a développé une pratique accessible à tous. Pour autant, méditation et bouddhisme ne sont pas synonymes. Pour une bonne raison, Bouddha lui-même n’était pas bouddhiste ! Le programme MBSR-MBCT popularisé par Jon Kabat-Zinn est une pratique absolument non bouddhiste, totalement laïque. Pas d’encens, pas de moulins à prières, pas de lotus, ni de mantra : rien de tout cela. Juste la pleine conscience de l’instant présent.

6è idée reçue : La méditation, c’est ne rien changer.

L’aventure que nous propose l’univers de la méditation est un chemin qu’il nous est possible d’emprunter pour accéder à des dimensions de notre être ignorées, négligées. Il ne s’agit pas de s’asseoir, d’actionner un levier dans son cerveau qui entrainerait un grand trou de mémoire, vaste espace de relaxation, de calme, de détente. La méditation est parfois relaxante, mais parfois pas du tout. Elle peut être lourde de pensées, de sentiments, de sensations, de désir, d’inquiétude,…Quelle que soit notre expérience, c’est notre expérience. Ce qui importe est d’en être conscient. Totalement et sans jugement. Ce qui importe est justement de ne pas être en pilote automatique, mais d’être en pleine conscience de ces changements permanents, instant après instant. En méditant, en s’asseyant simplement et en restant immobile, on peut se changer durablement. C’est un incroyable paradoxe. Non ? On ne peut finalement se changer qu’à la condition de s’écarter un instant de son propre chemin, de sa propre voie, de s’abandonner et de permettre aux choses d’être telles qu’elles sont, sans rien rechercher. Einstein a dit « Les problèmes qui existent dans le monde d’aujourd’hui ne peuvent être résolus par le niveau de pensée qui les a créés». Autrement dit, méditer c’est revenir à notre esprit originel, intact, non conditionné par notre enfance, nos proches, nos expériences. Vous trouvez que c’est ne rien changer ?

7è idée reçue : La méditation, ça se pratique dans un monastère tibétain.

Comprenez bien que la méditation n’a rien à voir avec la vie de moine ou d’ascète qui cherche à se couper du monde comme c’est trop souvent perçu. Ce n’est pas non plus une croyance ou une religion. Vous n’avez pas besoin de changer votre vie pour vous ouvrir à la méditation. Vous pouvez la pratiquer chez vous ou n’importe où, car elle ne nécessite en vérité que très peu de matériel. Un matelas de lit ou un matelas de sol pour pratiquer la méditation allongée, notamment le body scan. Une chaise ou un petit coussin pour pratiquer la méditation assise. Un sol pour pratiquer la marche en pleine conscience. Rien de plus. Le programme MBSR-MBCT se pratique par exemple dans 300 hôpitaux et cliniques aux Etats-Unis. Souvent dans une salle de gym. Il se pratique dans des Universités, à l’école, dans des prisons,… On est bien loin du mythe de l’anachorète réfugié dans le silence au sommet de l’Himalaya.

8è idée reçue : La méditation, c’est compliqué.

Et bien non ! Définitivement non. La méditation consiste en s’asseoir ou s’allonger ou marcher. Rien de bien compliqué, vos me l’accorderez. Pas besoin de posture du lotus. Ensuite, elle consiste en fermer les yeux et se centrer sur la respiration. Respirer et fermer les yeux, vos faites cette activité depuis tout petit, non ? Et ensuite, c’est tout ! Oui, c’est tout ! Rien d’autre. Juste être présent. La méditation c’est simple. Convaincu (e) ?

9è idée reçue : La méditation, c’est facile.

En fait, là je dois combattre une fois de plus cette idée reçue qui découle de la précédente. Les personnes convaincues que la méditation c’est simple me disent parfois : « C’est donc facile ? ». Pas si facile que ça. Pourquoi ? Parce que nous sommes tout le temps en train de faire. Dormir, se lever, se laver, se brosser les dents, s’habiller, manger, conduire, faire les courses, travailler, s’énerver, se stresser, crier, murmurer, enseigner, réfléchir, ruminer, courir, penser, rire….Nous sommes continuellement dans le faire. Et la méditation est juste dans l’être. Oui, simplement être l’instant. Donc, la méditation, ce n’est pas si facile que ça. Pour voir des effets bénéfiques, il faut donc cultiver deux aptitudes essentielles: la patience et la persévérance. Imaginez que, grâce à la pratique de la méditation, vous arriviez à cultiver ces deux qualités, que de progrès accomplis !

10è idée reçue : La méditation a des effets bénéfiques non démontrés.

Depuis le début des années 2000, des recherches intensives sont menées pour apprécier les effets à court terme et à long terme de la méditation. Grâce aux progrès extraordinaires de l’imagerie cérébrale, il a été définitivement montré la plasticité de notre cerveau suite à des apprentissages. Cette plasticité se traduit par une réorganisation tant au niveau fonctionnel qu’au niveau structurel de nos neurones. D’une part, il existe chez les méditants expérimentés, c’est-à-dire qui totalisent entre 10.000 et 60.000 heures de méditation (soit 1 heure à 6 heures de méditation par jour pendant 27 ans !!), une modification de l’activation de certaines zones cérébrales, correspondant aux zones de la compassion. Ils ont la capacité de maintenir une vigilance quasi-parfaite pendant 45 minutes sur une tâche particulière, alors que la plupart des gens atteignent péniblement 5 ou 10 minutes. Mais la pratique de la méditation à court terme (programme de 8 semaines de type MBSR-MBCT) diminue le stress, l’anxiété, la tendance à la colère et les risques de rechute chez les personnes ayant vécu au moins deux épisodes de dépression grave. Renforcement du système immunitaire, des émotions positives, des facultés d’attention, diminution de la tension artérielle chez les sujets hypertendus, accélération de la guérison du psoriasis sont autant d’effets reconnus et mis en évidence par des études scientifiques rigoureuses.

Pour terminer,

je dirais que la méditation est une manière d’être, une manière de voir, une manière de savoir, une manière de vivre et surtout une manière d’aimer.


« Nous devons être le changement que nous voulons voir dans le monde » Gandhi.

« Méditer, c’est s’arrêter et être présent, rien de plus » Jon Kabat-Zinn.

Pour approfondir : l’Art de la méditation de Matthieu Ricard, l’Eveil des sens de Jon Kabat-Zinn et Le miracle de la pleine conscience de Thich Nhat Hanh.

Publicités

15 Réponses

  1. Très bel article où l’on sent la passion ! Merci beaucoup d’ouvrir nos yeux sur nos préjugés vis à vis de la méditation. 🙂

  2. Voilà qui devrait démocratiser cette saine pratique. Le chapitre sur les bienfaits prouvés est impressionnant !

    • @ jean-philippe et 99 monkeys : merci pour vos commentaires. Ce qui est particulièrement intéressant est l’évaluation de cette pratique MBSR-MBCT par des études scientifiques internationales. Tant de choses dont on vante les bienfaits sont empiriques et ne reposent sur rien de démontré rigoureusement. Les champs de recherche sont très vastes car ses applications peuvent être très nombreuses.

  3. J’adore quand on casse des préjugés, et tu as bien souligné combien sont nombreux ceux sur la méditation. Merci pour cette réflexion, qui s’aligne remarquablement bien avec le thème du blog.

  4. Une autre idée reçue :
    devenir un grand méditant pour méditer et avoir une « bonne méditation » 😆

    http://tiny.cc/grand_meditant

    chaleureusement

    frédéric ॐ

    (PS : la 1ère et la 6ème idées reçues ne sont pas un peu identiques ? 😀 )

    …………
    Le tome 2 de la BD de Zem est sorti !
    http://tiny.cc/ZEM2

  5. @argancel : merci pour ton commentaire

    @lungtazen : merci pour la 6ème idée reçue qui a été rectifiée!

    et bravo pour l’association de l’humour et de la meditation!

  6. […] ne semblent pas exister. Le monde de la méditation est un territoire que je connais peu même si cet article de DocG a beaucoup fait pour briser certains de mes […]

  7. bonjour à tous,
    excellent cet article sur les idées reçues sur la méditation car il faut bien le reconnaître que beaucoup de gens ont une fausse percéption ou compréhension de ce qu’est vraiment la méditation. pour ma part, avant de m’initier à la méditation, j’avais certaines de ces idées reçues aussi. En faire l’expérience dans un centre de méditation, ce que je recommande également aux débutant, m’a permis d’avoir de bonnes bases théoriques et un véritable soutien dans la pratique. du coup j’ai évolué dans le domaine plus facilement. avis aux amateurs. si quelqu’un veut partager ses expériences avec moi, je serais ravie d’en discuter avec lui..

  8. […] A travers son article au titre évocateur Dix idées reçues sur la méditation, docG du blog En pleine conscience nous invite à chasser certaines idées préconçues très […]

  9. […] La méditation, ce n’est pas rien faire. (dix idées reçues sur la méditation) […]

  10. Merci Doc G pour cet excellent article ! 🙂
    Il arrive à point nommé, puisque je commence justement à m’y remettre, après une 1ère tentative l’année dernière.
    Je m’intéresse aussi à la méditation Vipassana, que me vante un ami. A noter à ce sujet, une émission de France Culture passée la semaine dernière, à retrouver ici :
    http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/racines-du-ciel/
    (émission du 09 février 2010)

    Merci ! 😉

  11. @boreale : je ne saurais trop te conseiller de t’y remettre. N’hésites pas à me contacter pour tout renseignement.
    La méditation en pleine conscience est pour moi la seule qui développe plus une façon de vivre qu’une pratique de bien-être ou de spiritualité.
    Mais je vais me renseigner sur la méditation Vipassana. Merci pour le lien, je l’écouterai tout à l’heure.
    J’animerai un groupe de pleine conscience à partir de la rentrée de septembre sur Paris.
    En attendant, profite-bien de ce Dimanche ensoleillé.

  12. J’ai écouté l’enregistrement.
    Merci de ce partage.
    Il existe de grandes différences entre le programme MBST-MBCT et la méditation Vipassana même si Jon Kabat-Zinn est un enseignant de méditation Vipassana.
    Ces différences tiennent plus sur la forme que sur le fond. Respiration et sensations corporelles sont des outils utilisées dans les deux pratiques.
    Mais l’approche est différente.
    On parle dans l’enregistrement, de retraite de 10 jours, et de pratique de 4 h du matin à 21 h!
    Il s’agit donc d’une immersion brutale dans un autre Monde fait de silence, de pratique, de face-à-face avec soi-même.
    Je me pose toujours la question suivante : mais parmi les pratiquants qui arrivent au terme des 10 jours, que font-ils lorsqu’ils rentrent chez eux, lorsqu’ils retournent avec leurs poubelles à descendre, leurs enfants à aider pour les devoirs, les transports en commun à prendre,…

    Le programme de méditation en pleine conscience est une pratique qui permet grâce à la pratique informelle d’intégrer dans sa vie de tous les jours l’attention à l’instant présent.
    C’est là une différence fondamentale. Avec douceur mais fermement, à l’aide d’un manuel de pratique dans lequel on note ses impressions, ses progrès, ses réflexions, on peut progresser durablement dans cette pratique. Prendre plus soin de soi, développer la patience et la persévérance, et surtout se dégager du temps, pour soi, bien inestimable.
    Être au lieu de faire, quelle immense découverte!
    Nous retournons ainsi chez nous pour vivre l’instant de tout notre cœur.

  13. […] A ce propos, si vous souhaitez explorer un peu plus les idées reçues sur la méditation, je vous invite à consulter un article posté sur mon blog il y a quelques semaines intitulé  « Les 10 idées reçues sur la méditation ». […]

  14. Je vous propose humblement quelques obstacles aux changements et quelques idées reçues que j’ai expérimenté.

    Les obstacles au changement

    1. les obstacles intérieurs: des pensées qui entretienne la résistance aux changements

    1.Si le problème est complexe la solutions l’est aussi.
    2.Les solutions de bon sens ,souvent la marque des conservateurs et empêche les initiatives créatrices.
    3.Le problème des ultra solutions souvent rencontrée en politique , supprimons la cause et on supprimera les problèmes.
    4.Il n’y a qu’une seule et unique solution
    5.L’illusion du contrôle

    Donne moi le pouvoir de changer les choses qui peut être changées ,donnes moi la force d’accepter les choses qui ne peuvent pas être changées. Donnes moi surtout la lucidité pour discerner les unes des autres .Prière d’un anonyme,

    2. Les obstacles extérieurs

    Ils sont divers mais peuvent se définir comme une inertie extérieure au sujet l’ empêchant de devenir ce qu’il est (selon la phrase de Marcel Légaud).

    L’homme lesté : de nombreux déterminismes ont été mis en évidence dans l’univers des sciences humaines: physiques,psychiques,culturels, familiaux,sociaux …si bien que la marge créatrice de l’homme nous semble bien mince. Toutefois nous verrons que de lever certaines certitudes inappropriées peut élargir notre champ d’action,certaines phrases soulignées par Françoise Kourilsky sont éclairantes

    exemple: pour réussir il faut rechercher les causes , certains n’en finissent pas de rechercher les causes ,allant de thérapie en thérapie. Cette approche est issu de la pensée rationaliste n’envisageant que la relation causes- effets , approche reprochée d’ailleurs aussi à Freud.

    3. Les opportunités de ces obstacles
    1. L’énergie disponible. Devant toutes oppositions ,une accumulation d’énergie disponible ,se manifeste. Regarder attentivement les personnes qui personne qui s’attache opiniâtrement à vaincre un obstacle ou un contradicteur.
    2. Le changement de regard . Souvent citer l’histoire de la capture des singes en Asie , des bananes sont mises dans une cage , les singes pour se libérer doivent renoncer et lâcher les bananes ,ce qui nécessite un lâcher prise ,et pour l’être humain un abandon des certitudes et la capacité d’envisager la situation différemment.

    Cette capacité est souvent citée dans les traditions religieuses,nous y reviendront évidement. Je me permet de citer chez François d’Assise l’exemple de l’abandon de ces vêtements de fils de riche marchand pour être plus disponible.(le titre du site n’est pas sans rappeler l’attachement que nous portons à la figure de ce Saint , le tau est en effet le signe de ralliement de la famille franciscaine).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :